Les Grotesques

« Les grotesques sont une catégorie de peinture libre et cocasse inventée dans l'Antiquité pour orner des surfaces murales [...]. Les artistes […] inventaient des formes en dehors de toute règle, suspendaient à un fil très fin un poids qu'il ne pouvait supporter, transformaient les pattes d'un cheval en feuillage, les jambes d'un homme en pattes de grue et peignaient ainsi une foule d'espiègleries et d'extravagances. Celui qui avait l'imagination la plus folle passait pour le plus doué », peut-on lire chez Vasari, auteur du XVIème siècle.

A la fin du XVème siècle, les Italiens nommèrent « grotesques » les peintures qui recouvraient les voûtes et parois des ruines antiques, car souterraines, elles semblaient être des grottes. Dès leur redécouverte, et notamment la mise au jour de la Domus Aurea, les grotesques, copiées ou réinventées, connaissent un vif succès qui ne déclinera qu'au début du XIXème siècle. D'abord utilisées dans l'ornementation murale avec Raphaël, Michel-Ange ou Domenico Ghirlandaio, l'estampe et la gravure diffusent rapidement ce décor en Europe, et ses motifs sont reportés dans l'orfèvrerie, la céramique ou encore le mobilier. Après s'être adaptées au Classicisme français, un souffle nouveau leur est insufflé par Jean Berain à l'aune du XVIIIème siècle.

Cet article est également disponible en : Anglais

Laisser un commentaire