Le Style Victorien

Dans le domaine artistique, l’époque victorienne se caractérise par un véritable éclectisme des formes et des sources d’inspiration puisées, pour la plupart, dans les périodes historiques passées. Cette grande diversité, en opposition au siècle précédent, est due à différents facteurs sociaux et économiques liés à la Révolution industrielle et à l’essor d’une nouvelle bourgeoisie. Proche du style Napoleon III qui se développe en France à la même période, il s’agit d’un style composite, symbole de luxe et de grandeur, qui se distingue par sa richesse, sa variété et sa diversité. Les traditions du passé se mêlent ainsi aux tendances actuelles : le Romantisme, le goût pour l’Orient ou encore l’Aesthetic Movement qui prône l’art pour l’art (Art for Art's Sake), célèbre le culte de la beauté et imprègne tous les domaines artistiques. Symbole ultime de luxe et d’élégance, le goût français connut également un grand succès entre 1835 et 1880.
Le style Victorien est marqué, vers la fin du XIXe siècle, par deux styles nouveaux : le mouvement Arts and Crafts et le style Liberty and Co. Le premier se développa en Angleterre avant de se diffuser en Amérique, dans toute l’Europe et au Japon. Les artistes qui y participèrent prônaient un retour au travail de l’artisan, à un mode de vie simple et à l’amélioration des objets domestiques classiques. Le second, quant à lui, s’inspire du Japon, de la Chine, de la Perse, de l’Inde ou encore de l’Egypte et tire son nom d’un magasin londonien très en vogue à cette période. Les artefacts anglo-orientaux se mêlent alors aux tendances actuelles et, bientôt, à l'Art Nouveau.

Cet article est également disponible en : Anglais

Laisser un commentaire