Exceptionnelle pièce de boiserie complète de style Regency en marqueterie d’acajou

Marqueterie d’acajou, citronnier, stuc, marbre Breccia Nuvolata, parquet, vitraux.

Hauteur : 224 cm ; Largeur: 569 cm ; Profondeur : 600 cm

Fin du XXème siècle, France.



Cette exceptionnelle pièce de boiserie complète de style Regency avec sa cheminée a été réalisée en France à la fin du XIXème siècle. Cet ensemble se caractérise par son travail de marqueterie d’une qualité remarquable. L’utilisation dominante de l’acajou, le décor fait de grandes surfaces lisses et le vocabulaire ornemental d’inspiration antique et étrusque sont caractéristiques du style Regency qui se développa en Grande-Bretagne de la fin du XVIIIème siècle aux années 1830. Il constitue la dernière période du style Georgien.


L'ensemble se compose de quatre murs où sont insérés les divers éléments : une cheminée et son miroir, une vitrine bibliothécaire, deux portes, un large miroir ainsi que deux fenêtres. L’ensemble de la boiserie présente un décor très fin et élaboré de marqueterie d’acajou et de bois d’essences variées, notamment du bois de citronnier. La particularité réside dans les nombreux jeux de contraste entre les bois clairs et les bois plus foncés.

John Nash (1752-1835), Brighton Pavilion, ca. 1820


On retrouve cet aspect dans les intérieurs créés par l’un des architectes phares de la période, John Nash (1752-1835), comme dans cette aquarelle représentant une pièce du Brighton Pavilion telle qu’elle était dans les années 1820.


L'intérieur de la cheminée de notre boiserie est par ailleurs fait de marbre Breccia Nuvolata dont la clarté et la luminosité se détachent du bois. Les nombreuses frises sculptées, typiques du style, appuient quant à elles les lignes droites de cette cheminée surmontée d’un grand miroir rectangulaire. Les frises sculpturales imitant l'architecture grecque et romaine antique connaissent en effet au début du XIXème siècle une fortune particulière. On les retrouve alors sur les bâtiments Regency ainsi que sur un large éventail d'objets. L’ébéniste George Smith, figure de la période, y consacre plusieurs pages dans son ouvrage A collection of Designs for Household Furniture and interior decoration.

Smith, George, Collection of designs for household furniture and interior decoration, 1808.

Une autre frise, ornée de petites têtes d’asperges, départage quant à elle l’espace consacré aux panneaux de bois d’avec la partie supérieure réalisée en stuc sur une âme de bois. Le stuc est un matériau très utilisé pour les bâtiments et intérieurs de style Regency. Dans la seconde moitié du XVIIIème siècle en Grande-Bretagne, sont déposés plusieurs brevets en matière de stuc. Son utilisation reste toutefois discrète jusqu’à ce que le très connu architecte de style Regency John Nash (1752-1835) l’introduise dans ses bâtiments. Le stuc devient rapidement un moyen d’imitation de la pierre et son utilisation se généralise tant sa simplicité et sa blancheur uniforme séduisent architectes et décorateurs d’intérieurs.





L’espace réalisé en stuc présente un décor très raffiné où domine un vocabulaire ornemental inspiré de l’Antiquité grecque qui connaît au tournant des XVIIIème siècle et XIXème siècle un vif regain d’intérêt porté en Grande Bretagne par des hommes comme Lord Byron. C’est ainsi que deux vases antiques sont posés sur des Athéniennes à trois pieds et aux têtes de béliers. De larges moulures représentant des rinceaux, des rosettes et autres courbes surplombent l’ensemble. Une frise d’oves délimite quant à elle les murs et le plafond.


L’Antiquité répond alors tant à un raffinement et à une certaine rigueur au goût du jour qu’à un engouement pour les contrées lointaines. De nombreux archéologues ou simples amateurs issus de classes privilégiées parcourent ainsi le monde grec ramenant des motifs qui connaissent une grande fortune. Cet engouement marque par dessus tout la première période du style Regency, que l’on peut délimiter de 1790 à 1820, qui correspond au début de la régence du royaume d’Angleterre par le prince de Galles (1762-1830) à son accession au trône. Ce style est concomitant avec le style Directoire en France.

The Egyptian Room and The Vase Room, Household Furniture & Interior Decoration, Thomas Hope, 1807.

Thomas Hope, riche collectionneur, voyageur, décorateur et écrivain deviendra une des références en décoration intérieure de style Regency. Féru d’Antiquité, il voyagea à travers l’ancienne Europe, la Grèce, la Turquie, l’Egypte d’où il ramena un goût certain pour les lignes classiques et épurées ainsi que de nombreux objets. C’est par exemple ce que l’on peut constater dans les intérieurs de sa maison de Londres qu'il remodèle avec une série d'intérieurs à thème qui gagneront énormément en visibilité grâce à son livre Household Furniture and Interior Decoration publié en 1807.




Les formes géométriques, typiques du style car faisant écho aux lignes droites de l’Antiquité, sont par ailleurs récurrentes. Le sol marqueté, surtout, présente un décor géométrique remarquable dont les couleurs font écho à celles de l’ensemble. Il est agrémenté à ses extrémités de grilles en laiton permettant un chauffage au sol par air pulsé.


Un large miroir fait quant à lui face à la cheminée. Il est orné d’un décor en applique voulant imiter la pareclose .




Deux placards, situés de part et d’autre, sont chacun surmontés d’un médaillon de type camée à l'imitation de Wedgwood. Ils représentent deux personnages dansant en tenue antiquisante sur fond bleu.

William Hackwood after Henry Webber, 1790-1795, Wedgwood Museum.

Ce motif se retrouve au centre des vitraux polychromes qui ornent les fenêtres du mur adjacent à celui-ci. Si ces vitraux reprennent le vocabulaire ornemental typique du style (rosette, rinceaux, courbes, vague, nœuds, formes géométrique, drapés, fleurs en cloche), ils sont une trace d’une des autres inspirations du style Regency, le néo-gothique, qui naît en Angleterre dans le domaine de l’architecture dès le milieu du XVIIIème siècle et se poursuivra tout au long su siècle suivant.


Ce salon reprend ainsi les codes du style Regency anglais qui se développe en Angleterre des années 1790 aux années 1830. Si l’Antiquité marque surtout la première phase du style (1790-1820), cette inspiration se poursuivra durant la seconde période (1820-1830) qui correspond en Angleterre au règne de Georges IV. Le décor devient plus ostentatoire en comparaison avec la légèreté de la première phase. Les bois sombres, notamment l’acajou, sont de plus en plus utilisés pour le mobilier. Le style se caractérise alors par de grandes surfaces planes à l’image de notre boiserie.

Réalisée à la fin du siècle en France, cette boiserie s’inscrit ainsi dans la reprise des styles qui animent les arts tout au long de ce siècle. Cette pièce est d’une grande complexité tout en consacrant une esthétique lisse et raffinée. Si la partie en stuc se caractérise par une grande pureté et légèreté, les boiseries arborent un style plus cossu et imposant.

Cet article est également disponible en : Anglais

Laisser un commentaire